Littérature·Littérature francophone

Sarah Chiche au coeur des ténèbres

Le premier mot d’allemand véritablement viennois que j’ai appris à Vienne, l’hiver dernier, est l’adjectif « umnachtet », littéralement : « entouré de nuit », ou « assombri », ou encore « enténébré ».  Ce fut ma première pensée à la lecture du titre du nouveau roman de Sarah Chiche.  Il n’y a pas vraiment d’histoire à vous résumer, disons plutôt qu’il s’agit… Lire la suite Sarah Chiche au coeur des ténèbres

Rétrospective

Il était beau, l’automne, à Vienne …

En novembre, je n'ai pas passé tout mon temps à Vienne, ni dans les cafés, ni dans les musées, mais tout de même, c'est tout comme. J'ai lu des livres qui semblent avoir un vague rapport avec. Le Malaise dans la civilisation, toujours indispensable, et surtout, L'Avenir d'une illusion, concis, incomplet, mais exaltant et essentiel… Lire la suite Il était beau, l’automne, à Vienne …

Rétrospective

En septembre, en attendant …

Ils ont ressorti des armoires les nostalgies d’automne. Les pulls à grosses mailles, les poèmes en hexamètres qui roulent comme les gouttes de pluie sur les feuilles encore vertes, surprises.   Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux Et… Lire la suite En septembre, en attendant …

Littérature·Littérature francophone

Rentrée littéraire: roman d’automne à Vienne

Un autre jour pour mourir, le deuxième roman de Carole Declercq (après Ce qui ne nous tue pas... en 2015) est un roman pour l’automne: chaud, équilibré, confortable et enveloppant. De facture classique, la narration et le rythme sont bien maîtrisés. À peine quelques vacillements, quelques incertitudes, qui font glisser le roman sur une pente… Lire la suite Rentrée littéraire: roman d’automne à Vienne