Littérature·Littérature francophone

Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

La première fois que Felix aperçoit Gil, c’est « une grande fille aux cheveux clairs et ébouriffés ». Elle bouge sans arrêt, ne tient pas en place, entre et sort, claque les portes, travaille à la supérette du bourg. Felix a quatorze ans et ne connait personne au village. Il est venu y passer l’été pour apprendre… Lire la suite Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

Publicités
Littérature francophone

Comme un avion sans ailes

Roissy, un huis-clos paradoxal de Tiffany Tavernier   Le roman à huis-clos est casse-gueule : lassant, déjà vu, déjà lu, déjà fini avant d’avoir commencé, il est aussi désespérant de constater que l’on se laisse prendre quasiment à tous les coups par le suspense - ou micro suspense - instillé par l’auteur entre ses quatre… Lire la suite Comme un avion sans ailes

J'ai lu après tout le monde·Littérature francophone

J’ai lu après tout le monde : Le même ciel, de Ludivine Ribeiro

Il y a des coups de foudre à retardement. Le premier roman de Ludivine Ribeiro est paru voilà un an et je ne l'ai pas vu passer. J'y aurais trouvé, un an plus tôt, une étonnante fourmilière de sensibilités, de petits détails qui, sans être banals, nous rappellent à tous que nous vivons sous le même… Lire la suite J’ai lu après tout le monde : Le même ciel, de Ludivine Ribeiro

Littérature francophone·Publications

L’art de cambrioler la mémoire: Archives du vent par Pierre Cendors.

Quand le lecteur lassé des best-sellers annoncés de septembre s’en va errer seul parmi les piles des librairies, que son regard blasé se pose sur une couverture captivante n’arrive pas tous les automnes. Cette année, aux éditions du Tripode - entité née de la scission d’Attila -, Archives du vent, le cinquième roman de Pierre… Lire la suite L’art de cambrioler la mémoire: Archives du vent par Pierre Cendors.

Littérature francophone

Chloroforme et gastéropodes, ou un roman presque réussi.

Cela commencerait presque à devenir lassant: un personnage réel, plus ou moins méconnu, est harponné par un romancier plus ou moins talentueux en quête de sujets originaux et devient un héros de papier à qui l’on fait faire et dire le plus de choses originales possibles. Journal d’un caméléon n’échappe pas à cette règle: Didier… Lire la suite Chloroforme et gastéropodes, ou un roman presque réussi.