Littérature francophone

Rentrée littéraire: les bâtisseurs de cathédrales

Mark Greene est né en Espagne, y a passé les dix-huit premières années de sa vie, appris sa première langue, et n’a jamais écrit dessus. L’Espagne, admet-il, demeurait un inaccessible objet littéraire. Il y a de quoi s’en étonner. Mark Greene est rompu à l’écriture des profondeurs, aux confessions inavouables. Il dit facilement ce qui… Lire la suite Rentrée littéraire: les bâtisseurs de cathédrales

Littérature·Littérature étrangère·Littérature francophone·Rétrospective

Rétrospective: dans le viseur de septembre…

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle... C’est l’heure de compter les vivants et les morts de la rentrée littéraire.     Ce mois-ci mon coeur a battu trois fois plus fort pour Simon Liberati et ses California Girls Le manuel existentiel de Mark Greene, Comment construire une cathédrale Le carnet de voyage déchirant… Lire la suite Rétrospective: dans le viseur de septembre…

Littérature francophone

Rentrée littéraire : Bons baisers du Kirghizistan

« Ce n'est pas avec de bons sentiments qu'on fait de la bonne littérature » Qui n’a pas planché deux, quatre ou six heures sur la célèbre formule gidienne ? Qui n’a pas fait débuter sa dissertation en répliquant au grand écrivain, facticement ou non, « avec quoi, alors, fait-on de la bonne littérature ? » ? Nous ne… Lire la suite Rentrée littéraire : Bons baisers du Kirghizistan

Littérature·Littérature francophone

Rentrée littéraire : les limites du Moi

Il y a longtemps que Dominique-Emmanuel Blanchard, éditeur de la revue Le Bord de l’eau, vidéaste et auteur des remarquées Valises du professeur Jeanson (2015, Ovadia) nous écrit. Dans Vous, c’est aux femmes de sa vie qu’il écrit, regroupées, indifférenciées, par l’élégant pronom, à la fois pluriel et poli. Il tient, depuis son jardin, à l’heure… Lire la suite Rentrée littéraire : les limites du Moi

Littérature·Littérature francophone

Rentrée littéraire: les cauchemars de Liberati

Je n’attendais rien de Simon Liberati. Son Eva de l’an dernier m’avait laissée de marbre. Les bonnes feuilles de California Girls, publiées par Grasset au début de l’été dans son catalogue, me donnaient l’impression d’un désordre de mots et de noms à consonnances américaines pour sonner juste, qui sonnaient faux. Je suis revenue de ma… Lire la suite Rentrée littéraire: les cauchemars de Liberati