Rétrospective

Equinoxe de printemps, valse mélancolique, langoureux vertige…

Feu de joie, noyade de lumière, tels furent et sont célébrés les équinoxes. Un grand feu de joie a gagné et dévoré ma vie, depuis l’hiver, l’a dévoré à son tour, j’en récolte aujourd’hui les précieuses cendres. Braises incandescentes, je le souhaite, jusqu’au printemps prochain.        La Hongrie en hiver, sous dix centimètres… Lire la suite Equinoxe de printemps, valse mélancolique, langoureux vertige…

Rétrospective

Juin, juillet, août, septembre, octobre …

Il faut que je vous raconte. Pas Miami, pas Venise, pas Paris, ni Tokyo. Ça, ce sont les chambres d'hôpital de jour, les poches bleues et les gentilles infirmières, ça c'est un autre chapitre qui mérite (peut-être) son développement. Il faut que je vous raconte, ça, je le peux, un road-trip dans le Cotentin, parce… Lire la suite Juin, juillet, août, septembre, octobre …

Rétrospective

Avril-mai 2018 : les tourterelles ont fait le printemps…

Au mois d’avril, j’ai compris une chose qu’il a fallu du temps à résumer. En lisant Au Nord de Mogador, le recueil de William Cliff paru ce printemps, la nécessité de la poésie m’a frappée. Ce doit être parce qu’il a beaucoup plu et qu’il pleuvait beaucoup dans les poèmes de Cliff. Que Cliff aime… Lire la suite Avril-mai 2018 : les tourterelles ont fait le printemps…

J'ai lu après tout le monde·Littérature francophone

Slobodan Despot, Le Miel: On n’échappe pas à sa guerre…

Ce qui rend Vesko le teigneux si teigneux, au point qu’il serait prêt à assommer son père au bord de l’autoroute qui mène à Belgrade, Vera la guérisseuse a eu toutes les peines du monde à le lui faire avouer. « Vera n’avait jamais vu autant de miel », ainsi débute le récit de leur entrevue. Vesko,… Lire la suite Slobodan Despot, Le Miel: On n’échappe pas à sa guerre…