Littérature·Littérature francophone

Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

La première fois que Felix aperçoit Gil, c’est « une grande fille aux cheveux clairs et ébouriffés ». Elle bouge sans arrêt, ne tient pas en place, entre et sort, claque les portes, travaille à la supérette du bourg. Felix a quatorze ans et ne connait personne au village. Il est venu y passer l’été pour apprendre… Lire la suite Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

Publicités
Littérature francophone

La souris triste et l’écrivain : Une enquête de François-Henri Désérable dans l’enfance de Romain Gary

François-Henri Désérable est le genre de mec que l’on voit venir de loin. Il a un nom d’écrivain, il est jeune, beau, brillant, il fait la conquête de la critique et des lectrices, et même les correcteurs automatiques de traitement de texte corrigent son patronyme en « désirable ». Pour couronner le tout, dans son nouveau roman,… Lire la suite La souris triste et l’écrivain : Une enquête de François-Henri Désérable dans l’enfance de Romain Gary

Littérature étrangère

Toxique, de Samanta Schweblin : littérature bactériologique …

Dans Toxique, le dernier roman de Samanta Schweblin, une des plumes les plus en vue de la nouvelle génération sud-américaine, tout est inconfortable. Le décor est chaud et collant, moite, sablonneux, à peine adouci par la nuit. Clara, aux bretelles de bikini doré nouées dans le dos, raconte à sa voisine de vacances, Amanda, une… Lire la suite Toxique, de Samanta Schweblin : littérature bactériologique …

Littérature francophone

Robert McAlmon, l’inconnu de la Lost Generation

« Dieu oubliera tout le monde, même Robert McAlmon » écrivit un jour Francis Scott Fitzgerald. Maud Simmonot place cette citation en exergue de La Nuit pour adresse, une biographie documentée et poétique de l’écrivain américain expatrié à Paris dans les années 1920 et figure des expatriés de la Lost Generation. Rudesse, absence d’artifice, magnétisme, charme inépuisable,… Lire la suite Robert McAlmon, l’inconnu de la Lost Generation

Philosophie et essais francophones

Louise de Vilmorin, arbitre des élégances

À l’époque où les lectrices de Vogue, Marie-Claire ou feu Le Jardin des modes, n’étaient pas considérées comme des acheteuses écervelées, elles pouvaient y rencontrer Louise de Vilmorin qui leur parlait de poésie et en écrivait parfois, du printemps, de Noël, du lion de Denfert-Rochereau avec des précisions de surréaliste, du sable fin des plages… Lire la suite Louise de Vilmorin, arbitre des élégances