Littérature·Littérature francophone

Eric Chevillard : ceci n’est pas un roman

L’Explosion de la Tortue est un roman de l’écrivain méconnu Louis-Constantin Novat (environ 1839-environ 1882). Apologue et confession d’un péché enfantin, fable animalière aux résonances cosmogoniques, le texte ne méritait pas l’oubli auquel la postérité l’avait condamnée. Phoebe, jeune tortue de Floride mesurant cinq centimètres et née en captivité quai de la Mégisserie, dans la… Lire la suite Eric Chevillard : ceci n’est pas un roman

Philosophie et essais francophones

« L’énigme Tolstoïevski » : Un nouveau tour de magie de Pierre Bayard

Comment ? Vous ne connaissez pas Tolstoïevski ? L’auteur d’Anna Karénine, des Possédés, de L’Idiot, rendu célèbre par Guerre et Paix et Crime et Châtiment. Sa principale caractéristique : une maîtrise parfaite de l’ubiquité et du dédoublement de personnalité, associées à une productivité littéraire impressionnante. Ces dons, en particulier les deux premiers, sommeillent en chacun… Lire la suite « L’énigme Tolstoïevski » : Un nouveau tour de magie de Pierre Bayard

Littérature francophone

Une chance folle : les brûlures de Madga …

Madga commence à raconter une histoire, une histoire qui ne lui appartient pas, ou du moins, qui l’encombre. Alors qu’elle était à l’âge de marcher à quatre pattes, et que personne n’avait un oeil sur elle, une bouilloire pleine s’est déversée sur son flanc gauche. Les premiers mots relatifs à l’accident lui viennent de la… Lire la suite Une chance folle : les brûlures de Madga …

Littérature francophone

Ronce-Rose : qui s’y frotte s’y pique

Le dernier roman d'Éric Chevillard     « Ne soyez pas pressé de croire tout ce qu’on vous raconte ». Ce n’est pas Éric Chevillard qui le dit, c’est Lewis Carroll, dont la muse Alice Liddell ressemble par certains traits à Ronce-Rose. Ronce, Rose ou Ronce-Rose, héroïne du roman éponyme d’Éric Chevillard, a l’air d’une petite fille… Lire la suite Ronce-Rose : qui s’y frotte s’y pique

Philosophie et essais francophones

Un fil à la patte

« Téléphonez-moi ! » Dans le cinéma populaire, la littérature de gare et la variété française (en particulier lorsqu’interprétée par Jacques Dutronc), la formule est consacrée comme un appel (du pied) à la séduction. Cette injonction me procure, quant à moi, des frissons d’angoisse. Je fais partie des « allergiques au téléphone », de ceux qui suent en composant… Lire la suite Un fil à la patte