Rétrospective

Rétrospective : dans mes valises de juin …

On pourrait croire qu’en juin, ceux qui font les livres et ceux qui en parlent sont en ébullition. C’est à peu près le cas. J’ai lu et relu mon propre livre, au mois de juin. Ce n’était pas le moment le plus réjouissant, ni ma lecture la plus exaltante. Je suis mal placée pour en juger, mais je préfère tout de même écrire mes livres que les lire. Libre aux plus aventureux de me contredire.

Je me suis réfugiée dans les bras de Kawabata. Nous avions un petit quelque chose à faire ensemble, lui et moi. Les Pissenlits, par exemple, est inachevé. Je ne suis pas sûre d’en être consolable. Le dialogue entre Hisano et sa belle-mère, attendant que sonne la cloche de l’hôpital psychiatrique, pourrait se poursuivre à l’infini. Nuée d’oiseaux blancs, c’était un enchantement. Les Récits de la paume de la main et la correspondance avec Mishima, aussi. À propos de Mishima, j’ai lu La Musique. Drôle de roman, enivrante histoire d’une hystérique qui croit faire tourner son psychanalyste en bourrique, lutte presque à mort entre transfert et contre-transfert, autour de l’envie et de la phobie du phallus, incroyable de modernité.

 

AVT_Yukio-Mishima_4955

 

La gifle donnée par la femme trompée à la mauvaise jeune fille dans le dernier film de Hong Sang-soo, Le Jour d’après, c’est une des merveilles de ce mois, de l’année, peut-être bien. J’espère aussi que personne n’oubliera jamais la musique, composée par le réalisateur lui-même. Je ne suis pas retournée au cinéma mais j’ai vu beaucoup de films.

Claude Sautet, Un coeur en hiver, la passion désaccordée entre Emmanuelle Béart tellement belle et Daniel Auteuil glacial. Il ne peut qu’être fou pour ne pas l’aimer. C’en est rageant, ce gâchis et ces larmes. Heureusement qu’il y a Ravel.

Robert Aldrich, Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? la culpabilité d’être soi que se renvoient comme une grenade dégoupillée Bette Davis et Joan Crawford.

Bavo Defurne, Souvenir, une vraie révélation, une photographie romantique et kitsch, un écrin en satin bien propre autour du très bon Kevin Azaïs et d’Isabelle Huppert transcendante, qui interprète la bande-originale de Pink Martini.

Woody Allen, Annie Hall, qui m’agace et m’amuse, dans son narcissisme de névrosé bien au chaud, qui me rappelle trop de gens que j’aime pour que je le déteste vraiment.

Orson Welles, La Dame de Shanghai, avec Rita Hayworth, qui est si belle et cruelle, bien sûr, mais surtout Orson Welles tortionnaire, Orson Welles génie, Orson Welles, et encore Orson Welles. Je pense, après avoir vu un film d’Orson Welles, que s’il pouvait ne plus y avoir que des films d’Orson Welles sur Terre, ce ne serait pas grave.

Et puis Rohmer. Je suis allée à un cocktail littéraire, comme cela m’arrive souvent, à l’occasion de la parution de ce livre que je n’ai pas lu. Mais il y avait à cette soirée le fils d’Éric Rohmer, ainsi qu’une jeune femme adorable qui m’a avoué que, comme moi, elle ne connaissait rien à Rohmer. J’ai commencé à réparer ce tort, j’ai vu Le Genou de Claire. J’aime Jean-Claude Brialy, alors ça s’est bien passé, mais j’ai trouvé Claire tellement sotte, trop sotte pour être sotte. J’ai préféré Barbet Schroeder dans La boulangère de Monceau, où Rohmer dit plus qu’il ne montre la vérité sur l’amour : qu’il ne tient pas plus de place dans un coeur qu’un sablé dans un ventre affamé. Je poursuis quand même.

 

souvenir_bandeau.jpg

Bien sûr, j’ai continué à lire. Je vous conseille Oscar Lalo, si vous l’avez manqué l’année dernière.

Mon Modiano de juin, c’était Dimanches d’août. Un « ami » sur Facebook m’a fait remarquer que Modiano se lisait toujours mieux dans les vieilles éditions de Folio illustrées par Pierre Le-Tan.

 

Autour, quelques miettes de l’été qui arrive : Sorbonne Plage, d’Édouard Launet, Les pieds dans l’eau de Benoît Duteurtre, Des filles qui dansent, de Stéphane Hoffmann, un Maigret pour s’amuser, et Dominique, de Fromentin, parce que c’est beau.

 

IMG_5383

 

Vous préférez envoyer ou recevoir des cartes postales ?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s