Littérature francophone

Pauline Klein et le loup

Un troisième roman en forme de conte cruel

 

Le « charmant petit monstre », expression consacrée de François Mauriac à Françoise Sagan, est devenu un marronnier de la critique. Chaque rentrée littéraire compte désormais, et depuis plusieurs années, autant de charmants petits monstres que de primo et jeunes romancières. Nous épargnerons donc à Pauline Klein, dont Les souhaits ridicules est le troisième roman, ce qualificatif. Non qu’elle ne le mérite pas.

Inspiré du conte populaire éponyme, principalement rapporté par Perrault, le roman reprend tous les accessoires du merveilleux mais énoncés à la première personne et transposés dans un univers contemporain. On y trouve des objets magiques, des transformations étonnantes, voire tératologiques, quelques princes charmants et autant de crapauds, ainsi qu’un druide. On passe quelquefois tout près du fantastique. Jeune et mère de famille, la narratrice est frappée d’un sentiment d’étrangeté, un soir, en rentrant chez elle, et ne reconnaît pas ses propres enfants. Un autre soir, en boîte de nuit avec ses amis homosexuels, elle ne reconnaît plus sa féminité, enviée, fantasmée et singée par ceux qui l’entourent. « À côté d’eux, j’ai l’air d’un bourrin ».

La réalité est parfois entièrement stylisée, comme dans ces chapitres où la narratrice tente de séduire le jeune Baptiste et se confond peu à peu avec une chienne.

En réalité, Pauline Klein décrit une chose rare dans ce roman : une mère de famille jeune et gracieuse, un personnage évadé d’un conte parce qu’il n’y trouvait pas sa place. « Les enfants hurlent de plus belle, et je ne sais plus qui sauver en premier. »

On entend la voix d’un vrai écrivain, on se promène sur les chemins d’un vrai autre monde, complet, complexe et compréhensible aux lisières.

Le conte, nous le savons, nous autres grandes personnes, est le déguisement allégorique édifiant de toutes les monstruosités humaines. Dans Les souhaits ridicules, ce qui est le moins souhaitable et le plus ridicule, c’est de parvenir à l’âge adulte. L’âge où l’on n’a plus peur du loup, où on le déplore, où on est presque triste de le maîtriser, de le connaître, et où l’on veut en inventer un autre.

D’ailleurs, l’autre nouveauté de la maison Allia, cette rentrée, fait la part belle aux monstres humains. Dans La Saison des charognes, Simon Johannin raconte la cruauté suintant de toutes les rues et de tous les murs d’un « village de nulle part » vue par les yeux d’un enfant. L’autre loup, le vrai et le plus terrifiant, les hommes le portent en eux.

 

18_chap3_img06_chaperonrougedore

 

Pauline Klein, Les souhaits ridicules – Allia, 123 pages.
Simon Johannin, La saison des charognes – Allia, 144 pages.

Publicités

Un commentaire sur “Pauline Klein et le loup

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s