Non classé

Un tête-à-tête avec … Clara Ward

Clara Ward est une princesse du passé. Née le 17 juin 1873 à Detroit, fille d’un pionnier de l’industrie américaine, premier millionaire du Michigan et sénateur qui meurt alors qu’elle n’a que deux ans, elle est élevée dans du coton par sa mère.

 

620eb8a9e40cdb4d97320fc27da55cafÀ dix-sept ans, elle attire sur elle l’attention de la presse et d’un très grand public. Elle est l’une des plus belles filles du pays et vient de taper dans l’oeil du prince belge de Camaran-Chimay, originaire de la province du Hainaut et membre de la Chambre des députés. Il a le double de son âge, il est quasiment ruiné, il n’est pas spécialement beau, mais le couple se marie à Paris en mai 1890 et personne ne se manifeste pour s’opposer à cette union.

Clara Ward devient l’une des premières princesses du continent nord américain et use du titre de Princesse de Camaran-Chimay. Sa célébrité dépasse les frontières, son train de vie, ses apparitions dans le monde rythment la chronique. À Paris, Clara et son époux abusent de la cuisine du chef Escoffier. On retiendra d’elle les « oeufs à la Chimay » et la « poularde Chimay ». Deux enfants naissent de ce mariage princier.

Mais Clara Ward est une aventurière. Lors d’un dîner organisé peu après la naissance de son fils cadet, elle rencontre un musicien hongrois, Rigo Jancsi, violoniste tzigane et, pour le plus grand malheur de sa famille et de sa belle-famille, la veille de Noël 1896, les journaux font leurs gros titres sur le divorce de la princesse de Camaran-Chimay, « Gone with a Gypsy ».

Le nouveau couple émigre en Égypte et vide les caisses, déjà sévèrement contrôlées par la famille Ward. Alors Clara a une idée. Elle est belle, célèbre, encore très jeune, elle se produit sur la scène des Folies Bergères vêtue d’un body couleur chair qui donne l’illusion (et sans doute la sensation) de la nudité. Sa nouvelle carrière plaît aux artistes, Toulouse-Lautrec l’immortalise, mais pas outre-Rhin où son numéro est interdit.

Le troisième mari de Clara Ward est un serveur de wagon restaurant italien. Le quatrième et dernier, chef de gare à Padoue. Elle y demeurera jusqu’à sa mort, à l’âge de quarante-trois ans.

 

Il est curieux de voir comme les silhouettes apparaissent et disparaissent. Proust qui en était fou déclare avoir pris Clara Ward pour modèle de l’une des jeunes filles Guermantes.

La France garde en souvenir le « château de Chimay », au bord de la Manche, que la princesse avait fait construire et où elle n’aurait jamais mis les pieds.

 

il_570xn-823529439_gzx8

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s