Littérature·Littérature francophone

Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

La première fois que Felix aperçoit Gil, c’est « une grande fille aux cheveux clairs et ébouriffés ». Elle bouge sans arrêt, ne tient pas en place, entre et sort, claque les portes, travaille à la supérette du bourg. Felix a quatorze ans et ne connait personne au village. Il est venu y passer l’été pour apprendre… Lire la suite Impressions d’été : le premier roman de Marie Gauthier

Publicités
Rétrospective

Matins d’automne, nuit d’octobre, nuits de novembre

À l'aune des sombres et récents événements, une phrase m'est revenue en mémoire, ainsi qu'à plusieurs de mes connaissances virtuelles, qui se sont hâtées de lui redonner ses lettres d'actualité. Dans Cyrano de Bergerac (peut-être ?), Edmond Rostand écrit que "c'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière". Beau, noble, courageux et… Lire la suite Matins d’automne, nuit d’octobre, nuits de novembre

Littérature étrangère

La Grande Guerre à l’heure du thé

Le témoignage d’Edmund Blunden (1896-1974) traduit pour la première fois en français     Plus rien ne peut étonner le second lieutenant britannique Edmund Blunden à son retour de France en 1918. Sauf peut-être d’avoir passé deux années dans les tranchées, enrôlé à dix-neuf ans au Royal Sussex Regiment, décoré de la Military Cross après les… Lire la suite La Grande Guerre à l’heure du thé

Philosophie et essais étrangers

Histoire d’un slogan : « America First »

Le 6 novembre prochain ont lieu les élections de mi-mandat aux États-Unis. Le renouvellement des 435 sièges de la Chambre des représentants et d'un tiers des 100 sièges du Sénat, est particulièrement attendu cette année, en raison des passions suscitées, déchaînées, par le président en exercice. Qu'en pensent ceux qui pensent ? J'ai lu dernièrement… Lire la suite Histoire d’un slogan : « America First »

Littérature francophone

Comme un avion sans ailes

Roissy, un huis-clos paradoxal de Tiffany Tavernier   Le roman à huis-clos est casse-gueule : lassant, déjà vu, déjà lu, déjà fini avant d’avoir commencé, il est aussi désespérant de constater que l’on se laisse prendre quasiment à tous les coups par le suspense - ou micro suspense - instillé par l’auteur entre ses quatre… Lire la suite Comme un avion sans ailes